Mobilités humaines en Rouergue et en Aveyron

Migrations

Écrit par Jean-Yves Bou et publié le 27 Jan 2017

2 minutes de lecture

Petit laboratoire de recherche pour un projet en construction : une histoire ouverte et connectée du peuplement aveyronnais

L’objectif de la rubrique MIGRATIONS est double :

J’aimerais poursuivre ce projet, mais à un rythme flou, en sachant que ce sera long, comme la réalisation de l’Atlas du Rouergue, et sans certitude d’aboutir à un objet final, un livre. Mettre ces informations en ligne, c’est aussi plus simple que de réaliser, ce qui fut mon idée un temps, une série d’articles à publier dans un journal, un bulletin ou une revue.

Le projet : Rouergue et Aveyron entre immigration et émigration

En 2014, Patrick Ozanne, président du CGA, a proposé le thème des migrations pour le Salon de généalogie de l’Aveyron de 2015. Le sujet m’a immédiatement interpellé.

Certes, je m’intéresse à l’enracinement à travers l’histoire des villages, des hameaux et des maisons, mais j’aime aussi passionnément observer les gens qui bougent, que ce soit temporairement ou définitivement, que ce soit à courte ou à longue distance. J’ai alors accepté de faire une conférence et commencé à travailler sur le thème des migrations et de la mobilité sans préciser les contours de mes recherches, partant dans toutes les directions (comme il se doit pour un tel sujet ?) : mobilité temporaire ou définitive, à courte ou longue distance, émigration et immigration, du XVIe au XXIe siècle. J’ai d’abord travaillé à partir de la base du Cercle Généalogique de l’Aveyron, qui contient deux millions d’actes d’Etat civil et de notaires.

Si j’ai renoncé – provisoirement – à remonter avant le XVIe siècle, c'est parce que pour la période antérieure, mon travail aurait consisté à compiler et synthétiser des informations de seconde main, archéologiques ou historiques. À partir du XVIe siècle, je peux croiser ces sources avec les données de la base du C.G.A. et mes dépouillements d’archives, et réaliser un travail plus original.

L’émigration des Aveyronnais, surtout à partir du XIXe siècle ayant été bien étudiée (en particulier par Roger Béteille), j’ai plutôt porté mon regard ailleurs.

La mise en œuvre

Je vais d'abord mettre en ligne une série d'articles tirés de mes premières recherches.

Un de mes objectifs est de couvrir surtout la question de l'immigration en Rouergue puis en Aveyron.

Je tenterai ensuite une synthèse, qui évoluera au fil de nouvelles recherches.

Janvier 2017.